Vous êtes ici : Accueil - Nos Émissions - Politiquement incorrect - Spécial régionales 2015 en Auvergne-Rhône-Alpes

Spécial régionales 2015 en Auvergne-Rhône-Alpes

 

1er/12/2015

Hubert Guérin vous propose les candidats aux régionales en Rhone-Alpes Auvergne.
Qui sont-ils ? Quels sont les projets qu’ils portent pour la future grande région ?
Les têtes de liste sont dans "Politiquement Incorrect spécial régionales" sur RVR
(interviews proposées par ordre alphabétique)


Alain Fédele, candidat de l’UPR (Union Populaire Républicaine).
Il s’engage dans cette campagne car il « souhaite alerter les gens ». Sur les propositions, il veut réforme constitutionnelle afin que « les citoyens puissent décider pour leur pays ». Par ailleurs, il considère la réforme territoriale comme « abstraite », déplore les « départements et communes qui disparaîtront ». Il va rediriger des aides régionales vers les TPE / PME / TPI et soutenir les « référendums sur les grands projets ». Il va lutter contre les privatisations des TER.


Anne Sophie Trujillo-Gauchez, seconde sur la liste du Rhône pour le "Rassemblement citoyen, écologique, solidaire".
Pour le programme, cap sur la « formation des jeunes pour faire le lien entre école et monde professionnel ». Elle souhaite « réorienter les aides de la région au PME / PMI » sous conditions du respect de « critères sociaux et environnementaux ». Sur le transport, la « fiabilité des TER » est une priorité et elle envisage la création « d’une régie publique des transports » si la SNCF ne respecte pas ses engagements. Pour cette liste, « l’écologie doit permettre de réorienter l’économie vers des circuits courts » en soutenant, par exemple, les monnaies locales. L’exemplarité des élus sera assurée par une charte ANTICOR. Elle souhaite construire « une région apaisée »


Cécile Cukierman, Sénatrice PCF de la Loire est tête de liste "PCF / MRC"
Elle souhaite « construire une région au plus proche des citoyens ».
L’élue sortante considère la gestion économique « plutôt saine » tout en assurant qu’elle ne va pas « casser du service public » dans la nouvelle région. Elle souhaite lutter contre les déserts médicaux en s’appuyant sur les organisations syndicales et développer les maisons de santé.
Cécile Cukierman souhaite également « contrer » l’application de la Loi Macron dans la région, en favorisant, notamment, le réseau TER/SNCF face aux cars. Elle assure vouloir développer le fret fluvial.


Chantal Gomez, la candidate de « Lutte Ouvrière ».
Elle présente un programme pour les « travailleurs écœurés, dégoûtés ». Sa priorité : « interdire les licenciements » et « répartir le travail entre tous ». Elle veut mettre sous le contrôle des travailleurs « entreprises et banques de la région ». Selon elle, les TER sont « une catastrophe ». Ainsi, elle propose d’arrêter les subventions aux entreprises et réorienter ces fonds vers les services publics. Par ailleurs, Chantal Gomez dénonce l’existence de « poches de misère » dans la région et assure qu’elle remettra du service public dans les territoires en difficultés.


Christophe Boudot est la tête de liste du Front National.
Il considère son engagement dans cette campagne obligatoire car le « Front National a des solutions » avec « un programme de rupture ». Il voit la région « comme un espace de coordination des départements ». Son objectif : faire « 60 millions d’euros d’économies ». Sa priorité : aider les PME/TPE avec « une revalorisation de l’apprentissage » et la mise en place « d’un chèque emploi TPE » Par ailleurs, il estime qu’il faut mettre en place « une politique familiale » et annonce, notamment, une carte « m’ra améliorée »


Eric Lafond, la tête de liste "100% citoyen"
II est présent aux régionales car la population a besoin « d’une proposition politique modérée ». Sur la compétence transport, il propose la mise en place d’une hyperloop, « un transport ultra-rapide sous vide pour relier les grandes capitales ». Sur l’exemplarité des élus, il propose qu’ils « affichent les frais de missions, de déplacements... » et que le favoritisme soit interdit. Eric Lafond veut « ouvrir les lycées toute l’année » pour « mieux préparer les orientations ». Il envisage de simplifier les aides pour les entreprises et développer les « universités populaires culturelles ». Il veut faire entrer la région « dans le XXIème siècle »


Gerbert Rambaud, candidat "Debout la France"
Il justifie son engagement pour « proposer une nouvelle offre politique » et définit sa liste comme « gaulliste et de rassemblement ». Son objectif : éviter la vente de l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry. Pour cela, il veut « un transfert des parts de l’Etat vers la région ou racheter les parts de l’Etat ». Selon lui, « la région a failli sur les TER et elle ne joue pas son rôle ». Ainsi, il souhaite mettre en place des caméras de vidéosurveillance dans les trains. Il envisage de vendre le bâtiment de la région Auvergne. Pour le domaine agricole, il veut créer « un fond régional d’aides d’urgences » pour aider les agriculteurs.


Jean-Jack Queyranne, est le président sortant de Rhône-Alpes et candidat PS.
Il présente sa candidature parce qu’il y a le « très beau challenge de réussir la région Auvergne Rhône-Alpes ». Pour lui, l’enjeu est de « faire vivre l’esprit de la grande région », sans perdre les identités afin de « parler et faire ensemble ». Il veut garantir l’équité territoriale avec, par exemple, la lutte contre les déserts médicaux par les maisons de santé « dont on voit la réalité à Cours-La Ville et Amplepuis »
En économie, cap sur la formation et l’innovation avec « les campus des métiers » et « une région 100% très haut débit ». Il souhaite redonner du pouvoir d’achat aux familles et annonce la « gratuité des transports scolaires ».


Laurent Wauquiez est le candidat "Le Républicains / UDI / Modem"
Il souhaite faire « du concret » afin que Rhône-Alpes-Auvergne soit « la région la plus exemplaire de France ». Pour lui, « les habitants de la Loire sont le nouveau cœur géographique de la région » même s’il reconnait qu’il n’existe pas d’identité rhône-alpine ni auvergnate. L’attachement à la valeur du travail est, selon Laurent Wauquiez, le point commun entre les deux régions. Il assure qu’il veut être « de nouveau » aux côtés de la « France qui travaille ou de la France qui a travaillé ». Il souhaite mettre en place des compensations aux minimas sociaux.
(Patrice Verchère complète l’interview)

Retour en images :

 

  • Nous remercions nos sponsors

  • Nous remercions nos sponsors

RVR Radio - La Radio qui vous ressemble - 45, rue Thimonnier - 69550 Amplepuis - 04 74 89 08 09

Copyright © 2014 Tous droits réservés - RVR - Création you'Nivers